Le pays de Jovençan s’insère dans le merveilleux décor de la plaine de l’Envers, au milieu des pommiers enchanteurs et des vignes magiques, où vous seront livrés les trésors d’un passé encore bien vivant, un passé glorieux de capitale du peuple salasse. La commune de Jovençan, l’une des plus petites de la Vallée d’Aoste, riche de traditions et d’une culture paysanne encore pleine de vitalité, figure aujourd’hui au nombre des coins les plus caractéristiques et les plus beaux d’Europe, avec son territoire encore incontaminé et on ne peut plus fascinant. Situé sur la rive droite de la Doire Baltée, il s’étend en partie dans la plaine alluviale de la Doire, merveilleux jardin à deux pas d’Aoste, et en partie dans la zone montagneuse recouverte de bois aux vives couleurs, entre Pila et Ozein, qui se déploie jusqu’à 2000 mètres.
L’activité dominante de la commune est l’arboriculture fruitière représentée par les pommes Reinette, Golden, Starking, et les poires Martin Sec et Kaiser. La viticulture, qui prospère elle aussi sur le territoire, entre 550 et 850 mètres d’altitude, est principalement constituée de cépages Petit rouge, typique de la Vallée, Gamay et Pinot noir. Quant à l’élevage bovin et ovin, non moins florissant, s’il mise avant tout sur la production de lait, de beurre et de fromage, il peut se prévaloir par ailleurs de contribuer à maintenir la tradition de la Bataille des reines et de la Bataille des Tchèvre. Les Jovençannais sont très attachés au sport traditionnel de la rebatta, qu’ils suivent et pratiquent assidûment.

 

Afin de renforcer les liens culturels et son particularisme ethnique et linguistique, la commune de Jovençan s’est jumelée, en 2002, avec Plonéis, commune du nord-ouest de la France. Déjà habitée à l’époque romaine (sous le nom de Juventius), elle a su garder son caractère rural et authentique en redécouvrant l’histoire, les traditions et la culture et en gérant le progrès sans renoncer à son identité et à ses propres traditions. Le promontoire de Châtelair sur lequel, selon la légende, aurait été construite Cordèle (Cordelia), la capitale du peuple ancien des Salasses – les habitants de la Vallée d’Aoste avant l’arrivée des Romains – mérite d’être cité. Là, se dressent la Tour des Salasses, l’embasement du Château des tyrans et la petite église de Saint-Georges-en-Châtelair. Le Château des tyrans, qui remonte au XIIIe siècle et a fait l’objet d’une réhabilitation partielle de la part de l’Administration régionale, fut rasé, au XVIe siècle, sur ordre du comte de Savoie. A quelques kilomètres de Jovençan, d’importants monuments valent la visite : les châteaux d’Aymavilles, de Sarre, de Saint-Pierre et, tout près de la maison de saint Anselme d’Aoste, le château de Gressan. Nous ne saurions oublier le pont-acqueduc romain de Pont d’Aël, toujours à Aymavilles, qui est l’un des plus gros ouvrages d’ingénierie civile réalisés par les Romains dans l’arc alpin.

 

Jovençan, un pays riche en authenticité

Population: 613

Habitants : 613
Superficie : 6,99 km2
Altitude: 632 m
Nom des habitants : Dzoençaen, Jovençannais (Jovençois)
Fête patronale : Saint Ours, le 1er février
Communes limitrophes : Aymavilles, Sarre, Gressan
Distance d’ Aoste : 5 km

Commune jumelée avec Plonéis (Bretagne-France)